Pourquoi je me sens rejeté autant?

je me sens rejeté- blessure de rejet Lise Bourbeau

Éliminez  pas à pas

phobie et angoisse 

définitivement

Les 5 etapes pour reprendre le contrôle

Ce que vous allez découvrir

Êtes-vous conscient que votre passé impacte directement votre présent?

Je pense que nous portons TOUS des traces du passé. 

Ces traces dirigent nos choix de vie  et nos comportements, pour le meilleur mais aussi pour le pire malheureusement.

Elles peuvent être des douleurs émotionnelles qui se sont répétées pendant notre enfance. Douleurs qui se gravent en nous, de véritables blessures invisibles qui font très mal quand vous vivez aujourd’hui des événements approchants. 

Lise Bourbeau, auteur de « Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même » décrit dans ce livre en détail les conséquences émotionnelles et physiques de ces blessures profondes sur ceux qui en souffrent. Elle offre sa perception pour s’en libérer. Ces 5  blessures sont le rejet, l’abandon,  l’humiliation, la trahison et l’injustice.

Mais avant cela, vous vous demandez peut-être pourquoi je parle de blessure de rejet sur un site de libération émotionnelle…

Eh bien, la blessure de rejet se dévoile en vous  sous forme de  nombreuses réactions excessives, de peurs. Il est donc possible d’en réduire les manifestations en éliminant les racines traumatiques des mémoires émotionnelles concernées.

Sentez-vous que  cette blessure de rejet est activée chez vous!

Lisez ce qui suit et vous saurez

…l’origine de votre sentiment d’être rejeté

… si vous vivez cette blessure de rejet

…si ce rejet ressenti est juste une impression ou, au contraire, bien réel

Les Origines De La Peur Du Rejet ? D’où ça vient?

Cette peur du rejet provient d’une blessure apparue très tôt chez l’enfant, parfois même depuis notre vie intra-utérine. Elle apparaît en général De la conception à l’age de 1 an environ.

Le rôle d’un  de vos parents

Elle a été activée avec votre père si vous êtes un homme , ou avec votre mère si vous êtes une femme. C’est avec ce parent, en premier, que cette blessure s’est développée.

Cette blessure naît du rejet, inconscient ou pas, d’un des parents envers leur enfant.

Attention, je ne dis en aucun cas que votre parent est coupable, il est juste un révélateur de votre blessure de rejet.

Par exemple, si vous

    • êtes arrivé par accident et avez ressenti un rejet
    • avez compris que vos parents auraient voulu un garçon, si vous êtes une femme
    • ne vous êtes pas complètement senti accepté par votre père ou par votre mère
    • vous êtes senti repoussé, rejeté, cela peut venir de l’attitude de ce parent, de ses paroles, de son comportement, mais aussi  d‘une différence entre vos besoins et ce qu’il/elle pouvait vous donner, d’une attente en vous démesurée, voir même d’une hyper sensibilité
    • vous êtes senti hyper-protégé par votre environnement familial. Un enfant peut se sentir rejeté s’il n’est pas accepté tel qu’il est. Le message qui vous parvient alors, c’est que vous êtes si fragile et pas capable que vos parents doivent vous protéger

La réactivation: là ça fait mal !!!

  • blessures du passé confiance en soi, optimisme, Surmonter ses peurs et phobie- confiance en soi- Votre transformation spectaculaire par la libération émotionnelle, le nettoyage des blessures du passé et des croyances négatives.NERTI, EMDR, Kinésiologie
  •  
 

Par la suite, cette blessure s’est réactivée à la maison, avec des proches ou à l’école par exemple.

Un enfant se construit dans le regard de l’autre. Il ressent s’il est accepté tel qu’il est ou pas.

A l’école, les enfants entre eux sont cash et peuvent blesser consciemment ou pas.

Est-ce que ça fait écho chez vous?

Vous souvenez-vous de certaines remarques comme : « t’es plus mon copain », « on t’aime pas », « la grosse », « j’te cause plus » et j’en passe ?

Et bien ces comportements enfantins_moquerie, intimidation, harcèlement_ ne vous ont pas aidé à vous sentir accepté en tant qu’être unique. Elles  ont renforcé votre sensation de rejet.

Ce rejet s’est comme gravé en vous.  Vous y étiez sensible. Vous l’avez intégré car, comme tout enfant, vous étiez une éponge émotionnelle. 

Ces paroles ou attitudes à votre égard ont pu dégrader votre propre estime personnelle et donc déprécier l’image que vous aviez de vous -même.

En tant que parent, pensez à rester vigilant sur ce qui se passe dans la scolarité de votre enfant → voir l’article sur la phobie scolaire.

J’ai peur d’être rejeté, je me protège

Ce rejet était tellement douloureux pour vous que la vous avez mis en place des stratégies pour moins souffrir.

Très jeune d’ailleurs…

Selon Lise Bourbeau, dès l’instant où en tant que bébé, vous vous sentiez rejeté, vous avez commencé à  vous protéger. 

Cette protection est un peu comme un masque , ici, on parle de masque de FUYANT. Ce masque, c’est votre nouvelle personnalité pour éviter de souffrir du rejet.

Vous sentez-vous rejeté? Souffrez-Vous de ce sentiment de rejet?

Nous avons vu que cette hypersensibilité au rejet apparaît très tôt et que, pour moins souffrir, vous vous protégez en adoptant une façon différente  de vous comporter.

Ce rejet, le ressentez-vous physiquement dans votre corps? 

Oui?

Pas étonnant. Savez-vous qu’en vous, c’est comme si vous aviez une plaie à vif qui se ré-ouvre quand vous vous sentez rejeté?

C’est quand même super violent de se sentir repoussé, non désiré, non accepté pour ce que vous êtes vraiment.

Vous avez donc tendance à  interpréter tout ce qui vous arrive à travers le filtre de cette blessure.

Vos habitudes si vous vivez cette blessure de rejet

Maintenant, parlons des comportements habituels des personnes sensibles au rejet. 

Si c’est votre cas, vous avez  sûrement tendance à:

• Fuir certaines situations pour éviter de souffrir
•Vous sous-estimer, à dire que vous êtes nul-le
• Vouloir être seul
• Vous effacer devant les autres, ne pas vous exprimer dans un groupe
• Ne pas regarder dans les yeux
• Ne pas vous mettre en avant ou donner votre opinion
•A voir du mal à parler de ce que vous vivez
•A changer de sujet quand on parle de quelque chose qui vous fait peur
•Vous empêcher de parler de peur de ne pas être compris
Ajuster votre comportement pour ne pas déplaire
• Eviter les situations où vous êtes mis en avant
• Être dans la lune, c’est une façon de fuir la réalité
• Ne pas vouloir déranger
• Ruminer beaucoup sur ce qui a été dit, fait, interprété lors d’une conversation
• Être perfectionniste pour justement ne pas être jugé et donc rejeté
•Vous sentir redevable si on vous aide. Vous préférez alors vous isoler une fois de plus et vous vous épuisez à tout faire seul-e.
• Ne pas vous sentir important
• Chercher l’approbation du parent du même sexe, en gardant beaucoup de rancune, voir de la haine si vous êtes insatisfait de cette relation

La fuite, c’est votre façon de vous protéger

La première réaction de la personne qui se sent rejetée sera de fuir.

Afin de moins souffrir du rejet et pour diminuer les sensations de  rejet et la souffrance associée, elle met son masque de FUYANT.  L’essence pure de cette personne passe alors en second plan.

Vous-même…

Peut-être vous souvenez-vous, enfant, avoir tendance à vous inventer un monde imaginaire, à  rêver beaucoup en journée. C’était une manière de fuir votre réalité.  Vous cherchiez déjà à ne pas prendre trop de place.

Adulte, vous pouvez procrastiner dans ce qui doit être mis  en ordre ou vous perdre dans toutes vos activités.

Le problème?

Vous vous éparpillez et vos actions sont rarement finies.

Avoir des biens matériels peut même parfois créer chez vous de l’insécurité.

Étonnant?

Non logique, en fait, si on y réfléchit: il est plus difficile de fuir quand on se sent retenu par nos possessions. 

Vous avez du mal à vous laisser aimer

… même si c’est votre grand désir.

La première habitude est la fuite.

La deuxième est la difficulté à vous aimer donc à vous laisser aimer.

S’aimer d’ailleurs ? mais comment?

Difficile pour vous sachant que vous vous êtes construit en fonction de ce qu’on disait de vous.

Conséquence?

Vous cherchez à plaire, à être aimé. 

Vous donnez beaucoup, quitte à vous laisser maltraiter.

Par contre, vous avez beaucoup de difficulté à recevoir.

En vous comportant ainsi, vous vous rejetez.

C’est inconscient bien sûr! c’est comme un programme automatique qui se déclenche à chaque fois que vous vous sentez rejeté-e.

Si vous n’avez pas pris du recul sur ce que vous viviez, vous pouvez vous demander pourquoi certaines de vos difficultés persistent.

La charge émotionnelle de rejet vous maintient dans cet état et attire à vous des situations de rejet. Comme un aimant !

C’est difficile pour vous de vous lier affectivement par crainte de souffrir et d’être rejeté-e. Quand vous allez de l’avant et osez le faire, vous risquez, comme vous ressentez le fait de ne pas mériter,  vous avez tendance à vous attirer des personnes qui vont attiser votre blessure de rejet.

Vous dénigrez ce que vous êtes

Sans le comprendre, vous dénigrez votre propre valeur.

Vous avez beaucoup de mal à dire non et êtes  limitée dans votre capacité à vous dire oui.

Ce stress ne favorise aucunement, chez vous, un état de joie et de bien-être émotionnel et physique.

Vous ne vous sentez pas le droit (inconsciemment toujours) d’exister pleinement, de mériter une relation affective saine, respectueuse, tendre et heureuse, une abondance fluide, du temps pour soi, etc.

Vous avez de la difficulté à vous faire plaisir à chaque instant. Vous pouvez alors vous retrouver à tourner en rond, à ne pas vous autoriser à vous ouvrir aux opportunités de changement heureux que la vie vous présente.

Et pendant ce temps-là votre vie continue…

Est-ce celle que vous avez choisie? Ou la subissez-vous?

Votre peur d’être rejeté se ressent dans votre corps

Les MALADIES/ symptômes fréquents que crée le rejet:

Agoraphobie, diarrhées , cancer, allergies, vomissements, étourdissements, malaises voire coma,  hypoglycémie, diabète, anorexie, dépression pouvant aller jusqu’au suicide, psychose.

La plupart des clients dont je reconnais la blessure de rejet  majoritaire me disent spontanément avoir vécu de l’anorexie, des périodes de dépression, des étourdissements et des périodes d’agoraphobie.

Le rejet vous transforme physiquement 

Si la blessure de rejet est souvent activée chez vous, cela se voit sur votre corps, physiquement.

Cela peut paraître étonnant mais en fait c’est logique. Vos pensées et croyances sur vous-même créent bien vos maladies et troubles physiques. De même, votre corps reflète votre attitude face à la vie.

Si votre blessure de rejet est activée très fréquemment chez vous, vous pouvez avoir une partie de votre corps plus petite que les autres, voir inexistante. Comme si vous vouliez disparaître…

Par exemple, un menton fuyant, des fesses plates, pas de poitrine, des petits yeux, des lèvres fines, des petits poignets ou des petites chevilles.

Il peut s’agir aussi d’une différence entre les parties gauche et droite de votre corps. Ou encore, entre le haut et le bas. Comme une dysharmonie

La peur de l’autre, du rejet peut se percevoir dans votre regard. Un visage et  de petits yeux qui semblent vides en disent long sur votre peu de confiance en l’autre mais aussi en vous.

Votre façon d’habiller votre corps est caractéristique de votre volonté de ne pas vous montrer. vous choisissez des couleurs foncées qui n’attirent pas l’attention sur vous. 

Si vous êtes une personne FUYANTE majoritaire, il y a de fortes chances que vous soyez mince. Votre corps est étroit comme si même physiquement, vous vouliez vous faire le/la plus discret-e possible. C’est un peu comme un adulte dans un corps d’enfant 

 

Est-Ce Juste Une Impression De rejet Ou La Réalité?

Ok, vous avez reconnu pleins de caractéristiques de cette blessure de rejet qui vous concernent. 

Même si vous ressentez ce rejet physiquement et que ça fait mal,  êtes-vous VRAIMENT rejeté? êtes-vous si différent-e qu’on vous montre que vous êtes indésirable sur cette terre?

Je vous rassure: c’est une impression.

Même si pour vous, cela semble si réel!
En fait, vous avez tellement souffert d’être rejeté que vous avez intégré l’automatisme de penser que vous n’avez pas de valeur, que vous êtes nul.

En croyant dur comme fer que vous êtes nul-le, vous filtrez donc inconsciemment les situations qui vous prouvent que vous avez raison. 

Vous accentuez votre attention là-dessus en occultant le reste. 
En faisant ça, par votre comportement et votre attitude introvertie, vous attirez à vous des  situations de rejet.  Ce qui vous conforte dans le fait que vous êtes rejeté-e.

Par exemple, si vous fuyez les situations et êtes souvent seul-e : votre entourage, vos collègues peuvent penser que c’est un choix de votre part, que c’est dans votre nature. Ils vous respectent donc en vous laissant tranquille. Vous le comprenez vous comme une volonté de leur part de na pas vous aimer car au fond de vous, vous avez envie de créer du lien, même si vous en avez peur. En pensant ainsi, vous  accentuez votre sentiment de rejet

Et pour éviter de ressentir la souffrance, vous avez tendance  à vous effacer encore plus, à éviter de vous confronter aux gens, à fuir ce qui vous fait peur…

Vous êtes tellement certain-e de n’être pas accepté pour ce que vous êtes, d’être rejeté-e que vous partez, vous fuyez la situation

Pourquoi?

Pour ne pas perdre le peu de contrôle qu’il vous reste et ne pas vous sentir impuissant-e face à la situation et  PANIQUER.

Vous vous protégez pour ne pas souffrir, c’est humain.

Le souci?

Vous n’êtes pas vous-même en faisant cela. Vous êtes en mode SURVIE. Et si votre vie était différente que de ressentir cette peur permanente???

Et vous continuez de vous attirer des situations désagréables que vous ne voulez pas, ce qui ne fait que renforcer votre sentiment d’être rejeté.

C’est une spirale infernale.

Mon expérience avec le rejet

Il semble que nous ayons tous une ou plusieurs blessures actives en nous et certaines sont tellement actives  que les personnes concernées se sentent perpétuellement en lutte contre elle-même et les autres.

Cette souffrance du rejet, je la connais bien. Je l’ai vécue en XXL. En famille, à l’école, au travail…

Comme je vous expliquais, me sentant rejetée, je m’isolais, je n’osais pas m’exprimer pour ne pas attirer l’attention et être jugée… pour ne pas risquer de souffrir davantage. 

Résultat?

Je m’isolais encore plus car j’aurais voulu inconsciemment qu’on vienne vers moi, qu’on m’intègre socialement. En fait, mon attitude montrait que j’aimais être seule. Les gens me laissaient donc seule.

Moi, je me sentais encore plus rejetée. Un cercle vicieux tout ça…

C’est cette douleur émotionnelle qui m’a fait m’intéresser au travail de Lise Bourbeau. 

J’ai découvert les caractéristiques des personnes ayant cette blessure. Physiquement, je ne me sentais pas vraiment concernée. Cela signifie que la blessure du rejet n’est pas active tout le temps en moi. 

Pour me détacher de mon impression d’être rejetée, j’ai suivi les étapes de cet article 

Et j’ai utilisé des outils de nettoyage émotionnel pour me libérer des mémoires sensorielles liées qu rejet qui se réactivaient excessivement au quotidien. 

Je n’aurais jamais pu m’affirmer autant et OSER EXISTER si je n’avais pas pris du recul sur les conséquences de cette blessure et travaillé sur mes peurs excessives liées au rejet. 

Gardez donc espoir, vous pouvez devenir la meilleure version de vous-même aussi. 

En résumé

Si vous souffrez d’une blessure de rejet, votre estime de vous-même est faible.

Le fait que vous vous rabaissiez, que vous vous sentiez nul et  avez l’impression de n’intéresser personne n’aident pas en ce sens. Cette façon de percevoir le monde vous mène à une recherche effrénée de reconnaissance des autres, reconnaissance très difficile à satisfaire.
Plus la blessure du rejet est grande, plus le risque de vous rejeter, d’être rejeté-e ou de rejeter les autres est grand.

Avec le temps, la personne souffrant de blessure du rejet active peut devenir rancunière et ressentir de la haine, conséquence d’une souffrance intense.
Elle s’enferme dans un système protecteur, pour ne pas ressentir cette souffrance intérieure, et ces sensations désagréables qui la submergent. Elle remet le bonheur à plus tard à son insu.

Dans le prochain article, découvrez ce que vous pouvez mettre en place pour diminuer la douleur liée à ce rejet. Cliquez sur l’image ci dessous pour y accéder. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIBÉREZ-VOUS

INCONTRÔLABLES

de vos peurs

Share This
Retour haut de page