3 étapes pour calmer votre mental

3 étapes pour calmer votre mental- Pensées obsessionnelles

Éliminez  pas à pas

phobie et angoisse 

définitivement

Les 5 etapes pour reprendre le contrôle

Ce que vous allez découvrir

Notre mental est rarement au repos. Il y a sans cesse des pensées qui vont et qui viennent.
Il n’y a pas de pensées bonnes ou mauvaises.
Il y a des pensées qui nous aident à affronter une situation plus sereinement, et d’autres qui ne nous aident vraiment pas du tout.
Vous voyez desquelles je parle ^ ^
Souvent, on réfléchit à:
…ce qu’on va faire.
…comment on pourrait s’organiser.
…ce qu’on aurait dû faire ou dû dire.
…ce qu’il risque de nous arriver de ter-ri-ble.

Et oui, le cerveau humain est ainsi fait. Il a tendance a toujours anticiper le pire plutôt que le meilleur.

Et cette tendance rend la vie difficile pour toute personne stressée, angoissée ou phobique.

Dans cet article vous allez pouvoir apprendre à calmer votre mental.
Le fait de prendre du recul sur vos pensées va diminuer vos angoisses.
Allez c’est parti.

1-Quelles pensées vous autorisez-vous?

Et non pas de baguette magique.
Il va falloir explorer ce qui vous passe par la tête quand vous êtes stressé, angoissé ou en panique?

Peut-être que vous vous dîtes, à ce stade de l’article, que ça va être galère.
Je vous rassure, pas vraiment besoin de vous mettre dans une situation stressante pour analyser vos pensées.

On va y aller pas à pas et décrypter tout ça…sans douleur.

Là, on va s’appuyer sur une caractéristique de notre cerveau.
Vous savez laquelle ?
Et bien, votre cerveau, le mien, celui de votre voisin et de tout être humain, 
Il ne fait pas la différence entre une situation réelle et une situation imaginaire.

Pour votre cerveau, vivre ou imaginer un événement, c’est kif-kif

Vous comprenez où je veux en venir?

 Comment identifier vos pensées limitantes?

Donc…
Pour identifier vos pensées limitantes, c’est-à-dire celles qui vous tirent vers le bas, vous pouvez très bien vous replonger dans un souvenir proche où vous étiez très angoissé.

Il peut s’agir aussi: 

  • de moments où vous étiez vraiment mal à l’aise.
  • Ou la dernière fois que vous avez fait une crise d’angoisse. 
  • Ou bien quand vous aviez peur que quelque chose vous arrive.

Ok je vous laisse le temps de chercher.

Si vous avez du mal à retrouver un souvenir, vous pouvez vous remettre en situation avec ce que vous entendiez, voyiez, ressentiez.
Si c’est difficile émotionnellement, faites en sorte de rester en superficie du souvenir. Pas besoin de vous faire du mal.
Tic tac- tic tac (1 minute plus tard)
Vous avez trouvé un souvenir sur lequel travailler?

Super! Gardez-le au chaud. Je vous explique d’abord que faire. 

Un exemple

Je vais prendre l’exemple de quelqu’un qui aurait peur de conduire.

Il va imaginer qu’il pourrait prendre sa voiture.

En visualisant la scène, il va analyser ce qu’il imagine de perturbant qui pourrait se passer.

Qu’est-ce qu’il a en tête à ce moment-là, qui accompagne sa peur?
Cette personne là pourrait penser qu’elle va: 
…faire un malaise
…perdre le contrôle du véhicule
…gêner les autres voitures et se faire klaxonner
…avoir un accident

…être montré du doigt, observé et donc avoir honte

Ou qu’elle ne va pas pouvoir s’arrêter si elle se sent mal sur la voie express

A vous, maintenant. 

Vous prenez votre exemple et vous faites de même.

Quelles sont vos pensées lors du souvenir choisi?

Qu’est-ce que vous vous dites en vous replongeant dans ce souvenir? 

Prenez le temps d' »entendre » ce qui vous vient en tête. 

2- Ce à quoi vous pensez s’est-il déjà réalisé?

Donc, logiquement, à ce stade, vous avez pris conscience des pensées qui accompagnent le souvenir choisi précédemment. 

Dites-moi, les pensées que vous avez détectées se sont-elles déjà réalisées?

Vous allez observer vos pensées une à une et vous demander si c’est déjà arrivé et la probabilité que cela arrive. 

Pour la personne qui a peur de conduire, elle pensait qu’elle pourrait: 

…faire un malaise: est-ce déjà arrivé? dans ce cas-là, qu’est-ce qu’il se passerait si on pousse encore plus loin?
…perdre le contrôle du véhicule: a-t-elle déjà perdu le contrôle de sa voiture? ou a-t-elle vu d’autres personnes perdre le contrôle? est-ce fréquent que ça arrive? qu’est-ce qu’elle imagine qu’il arriverait ensuite?
…gêner les autres voitures et se faire klaxonner. Est-ce arrivé déjà?
…avoir un accident: pareil, cette pensée s’appuie-t-elle sur un souvenir? 

Pensez à pousser votre imaginaire jusqu’au bout, même si c’est inconfortable.

Tout vaut mieux que l’incertitude ou ne pas affronter ce qui est latent.

Si vous avez peur, le fait d’observer vos pensées et découvrir exactement, de quoi elles ont faites en détails, va apaiser votre mental. 

C’est important car notre cerveau déteste l’incertitude et là vous lui déroulez toutes vos pensées par rapport à cette peur, même celles que vous refusiez de vous avouer.

Même si vous n’en avez pas l’impression à ce stade. 

3-Transformez vos pensées limitantes

Vous avez pris le temps d’analyser vos pensées et de vous demander si elles sont justifiées ou pas.

Là, maintenant vous allez pouvoir les re-modeler pour qu’elles collent mieux à la réalité. 

Je reprends mon exemple précédent de la personne qui a peur de conduire

Elle n’a jamais fait de malaise, n’a jamais perdu le contrôle de son véhicule et n’a jamais eu d’accident. Elle se base sur des pensées anxiogènes, pensées qui la handicapent pour re-conduire.

A la place, il est plus judicieux de se poser des questions et d’essayer d’y répondre.

Ainsi, vous trouvez des portes de sorties si vos scénarios catastrophes arrivaient vraiment.  

Ces réponses aux questions anxiogènes vont apaiser votre mental. Vous allez lui montrer que quoi qu’il arrive, vous allez vous en sortir. 

Dans mon exemple, ça donne: 

Si je sens que je vais mal, comment je peux faire?

Je peux très bien: 

…me garer sur le bord de la route

…respirer profondément

…téléphoner à un proche pour m’apaiser le temps de reprendre ses esprits.

mettre mes warnings pour prévenir les autres automobilistes, le temps de trouver où m’arrêter. Il y a des solutions, car en cas de difficultés au volant, on sent venir les difficultés, par ce qu’on ressent dans son corps. 

J’ai trop peur de me faire klaxonner. Que faire?

ça arrive parfois de se faire klaxonner. Il suffit d’une personne qui a passé une mauvaise journée ou qui est pressée. C’est son problème, pas le vôtre.  Et si conduire plus souvent doit passer par là, c’est important de faire avec. 

Ici, dans cette étape, vous devez trouver des alternatives justes aux pensées anxiogènes que vous avez habituellement.

Je vous conseille de vous habituer à le faire. Et comme toute habitude, il faut déjà la commencer. 

Le mieux, c’est toujours maintenant 😉

A vous de jouer

Je vous propose de prendre chacune de vos pensées limitantes, de les transformer pour les faire coller à la réalité. 

Par contre, ne vous contentez pas de lire cet article, et de vous dire que vous le ferez plus tard.

Il faut être réactif et le faire MAINTENANT.  

L’objectif sur ce site, je vous le rappelle, est de vous libérer de vos crises d’angoisse et de vos phobies rapidement pour enfin vivre la vie que vous rêvez. 

Et pour cela, il est nécessaire de vous confronter à ce qui vous fait peur mais sans accentuer inutilement votre peur par des pensées catastrophes. 

Le mot d’encouragement

Pa-tien-ce, pa-tien-ce!  Soyez indulgent envers ce qui vous arrive.

Une habitude ne se transforme pas en 1 jour.

Vous devez prendre le temps de changer pas à pas vos pensées liées à vos angoisses.

Jusqu’à ce que ça devienne automatique

Et si vous voulez vous libérer de vos peurs incontrôlables en mode TURBO, cliquez sur l’encart ci-dessous. 

1 réflexion sur “3 étapes pour calmer votre mental”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIBÉREZ-VOUS

INCONTRÔLABLES

de vos peurs

Share This
Retour haut de page